Articles et monographies consacrés à Jacques Vaché

Branko ALEKSIC, « Le Sphynx de l’humour noir soumis à la question à Belgrade en 1932 », in Henri BÉHAR (dir.), Amour/Humour, Paris, L’Âge d’Homme, 1988, p. 173-185.
Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, 550 p.
Patrice ALLAIN, « Les destins fictifs et contrariés de Jacques Vaché », in ALLAIN (dir.), Au-delà de la peinture. Ces rêveurs définitifs, Nantes, Editions Joca Seria, 2006, p. 28-41.
Patrice ALLAIN, « Jacques Vaché, un mythe fondateur du surréalisme », Le vieux bahut, Nantes, Publication du Lycée Clémenceau, 2007, p. 29-30.
Patrice ALLAIN, « Jacques Vaché, Louis Aragon et André Breton. Les batisseurs du rêve surréaliste », Nantes et la Loire-Atlantique des Ecrivains, Paris, Alexandrines, 2007, p. 128-140.
Patrice ALLAIN, « De quoi Jacques Vaché est-il le nom ? », Place Publique, 62 (mars-avril 2017), p. 80-86.
Patrice ALLAIN et Thomas GUILLEMIN, « Une enfance sous le souffle du dragon », Place Publique, 62 (mars-avril 2017), p. 87-95.
Patrice ALLAIN, « Nantes. Qui me hante ? », in Henri BEHAR et Françoise PY (dir.), L'or du temps. André Breton 50 ans après, Mélusine, Lausanne, L'Âge d'Homme, 2017, p. 85-107.
Jacques BAROU, « Du nouveau sur Jacques Vaché », Critique, novembre 1984, n° 450, p. 931-938.
Henri BÉHAR, « L’humour auto-destructeur de Jacques Vaché », Dada Circuit Total, Paris, L’Âge d’Homme, 2005, p. 56-66.
Auguste BELLANGER, « Du nouveau sur Jacques Vaché », Nantes-Réalité, avril-mai 1971, n° 38, p. 10.
Julie BÉRET, « Jacques Vaché », in Laurent LE BON (dir.) Dada, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, 2005, p. 966-967.
Claude BONNEFOY, « L’ordinaire rébellion de Jacques Vaché, futur surréaliste », Les nouvelles littéraires, 20 octobre 1977, n° 2607, p. 8.
Laurence CAMPA, « Légendes de Jacques Vaché », Nicolas BIANCHI and Toby GARFITT (dir.), How to write the Great War ? Francophone and anglophone Poetics, Oxford, Peter Lang, 2017, p. 84-100.
André CHEVRIER, « A propos de Breton, de Vaché et d’un verre de fourmis », in Henri BÉHAR (dir.), Maxime Alexandre un surréaliste sans feu ni lieu, Paris, L’Âge d’Homme, 1998, p. 274-283.
« Vaché Jacques », in Jean-Paul CLÉBERT (dir.), Dictionnaire du surréalisme, Paris, Le Seuil, 1996, p. 592-595.
Nadja COHEN, « André Breton, lecteur ou auteur de Jacques Vaché », Les cahiers de l’ILCEA, n°10, 2008, p. 215-230.
Olivier CORPET (dir.), « Jacques Vaché », in Les écrivains se dessinent, Paris, Buchet-Chastel, 2008, n.p., n° 42.
Yves COSSON, « Jacques Vaché : l’homme surréaliste », Les Annales de Nantes et du Pays nantais, 2e trimestre 1994, n° 252, p. 16-18.
Luce COURVILLE, « A propos de Jacques Vaché », Nantes-Réalité, avril-mai 1970, n° 33, p. 28-29.
Michel FABRE, « Clés de sol, Jacques Vaché : cent après », L’autobiographie : du désir au mensonge, numéro spécial de Les mots, la vie, n° 9 (janvier 1996), p. 23-42.
Christophe GRAULLE, « Le ‘‘ton sec’’ et ‘‘sans littérature’’ de l’’’umour’’ ou la rencontre décisive d’André Breton et de Jacques Vaché », Le français dans tous ses états, novembre 2000, n° 45, p. 25-31.
Christophe GRAULLE, André Breton et l’humour noir. Une révolte supérieure de l’esprit, Paris, L’Harmattan, 2000, 352 p.
Thomas GUILLEMIN, « Quatre années de guerre au prisme de la langue : la correspondance de Jacques Vaché, soldat, interprète, et poète d’avant-garde », in Odile ROYNETTE, Gilles SIOUFFI et Agnès STEUCKARD (dir.), La langue sous le feu. Mots, textes, discours de la Grande Guerre, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 211-226.
Thomas GUILLEMIN, « Comment André Breton a suicidé Jacques Vaché », in Henri BEHAR et Françoise PY (dir.), L'or du temps. André Breton 50 ans après, Mélusine, Lausanne, L'Âge d'Homme, 2017, p. 117-129.
Thomas GUILLEMIN, « Le mythe de Jacques Vaché dans les avant-gardes littéraires jusqu'en 1970 », texte de la conférence donnée dans le cadre de l'exposition « Aux origines du surréalisme - Cendres de nos rêves », Médiathèque de Nantes, 25 mars 2017, publié sur le site de la Médiathèque.
Julia INGRAM BLOCH, Jacques Vaché’s War letters : a version and a commentary, University of Texas at Austin, 1968, 188 p.
Louis JANOVER, « Ce que dit Vaché du surréalisme », Amour/Humour, Paris, L’Âge d’Homme, 1997, p. 241-247.
Bertrand LACARELLE, Jacques Vaché, Paris, Grasset, 2005, 236 p.
Stéphane PAJOT, La mort de Jacques Vaché. Histoire d’un fait divers surréaliste, Les Sables d’Olonnes, Edition d’Orbestier, 2002, 111 p.
« Paul Bonnet », in Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, p. 211.
François OLIER, « Surréalisme et hôpitaux militaires : Jacques Vaché à Brest (1914) », http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/surrealisme-et-hopitaux-militaires-jacques-vache-a-brest-1914
François OLIER, « Surréalisme et Hôpitaux militaires (1914-1918) : Jacques Vaché à Nantes (22 nov. 1915-25 fév. 1916) », http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/surrealisme-et-hopitaux-militaires-1914-1918-jacques-vache-a-nantes-22-nov-1915-25-fev-1916
François OLIER, « Jacques Vaché « en isolement » sur l’îlot de Trébéron, en rade de Brest (1915) », http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/surrealisme-et-hopitaux-militaires-1914-1918%E2%80%A6-du-nouveau
Philippe PIGEARD, « Préface » à Jacques VACHÉ, Dans le sillage du météore désinvolte. Lettres de guerre 1915-1918, Paris, Points, 2015, p. 7-31.
Philippe PIGEARD, « Jacques Vaché, le météore désinvolte », in Laurence CAMPA et Philippe PIGEARD (dir.), Écrivains en guerre 14-18. Nous sommes des machines à oublier, Paris, Points, p. 62-65.
Emmanuel POLLAUD-DULLIAN, « Jacques Vaché, ou l’homme qui ne voulait pas mourir si jeune », Les Acharnistes, n° 15 (septembre 2005), p. 2.
Mireille PRADO, « Un sportif inattendu du Stade nantais et du SNUC : Jacques Vaché », Potache-Océan, jeudi 24 janvier 2008 (n° 2), [p. 3].
Franklin ROSEMONT, Jacques Vaché and the roots of surrealism, including Vaché’s Letters and other writings, London, Charles H. Kerr, 2008, 382 p.
Robert SABATIER, « Jacques Vaché ou l’Umour sans H », Histoire de la poésie française, t. 2, Paris, Robert Laffont, 1982, p. 262.
Georges SEBBAG, « Tréteaux de l’humour noir », introduction à Jacques VACHÉ, Soixante-dix neuf lettres de guerre, Paris, Jean-Michel Place, 1989, n. p.
Georges SEBBAG, L’imprononçable jour de sa mort Jacques Vaché janvier 1919, Paris, Jean-Michel Place, 1989, n. p.
Georges SEBBAG, « Une confrérie fantôme », introduction à Jacques VACHÉ, Quarante-trois lettres de guerre à Jeanne Derrien, Paris, Jean-Michel Place, 1991, n. p.
Georges SEBBAG, « Breton rêve de Vaché », in Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, p. 188-198.
Georges SEBBAG, Le surréalisme. « Il y a un homme coupé en deux par la fenêtre », Paris, Nathan, 1994, 128 p.
Georges SEBBAG, « Breton – Vaché – Tzara », Chassé croisé Tzara – Breton, Paris, L’Âge d’Homme, 1997, p. 45-56.
Georges SEBBAG, « L’amour et le génie du lieu », in Patrice ALLAIN (dir.), Au-delà de la peinture. Ces rêveurs définitifs, Nantes, Editions Joca Seria, 2006, p. 15-25.
Martin SORRELL, « Jacques Vaché’s Letters from the Front (1916-1918) : A Translation of Lettres de guerre with Introduction and Notes », Journal of European Studies, vol. 9, n° 33-34, (1979), p. 99-120.
« Trois lettres inédites de Jacques Vaché », in Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, p. 199-204.
Jasper VERBEEKE, Mr the Interpreter, site internet consacré à la période d'interprétariat de Jacques Vaché (en anglais).
Aurélie VERDIER, « Tout à l’égo. Dada et la figure de Jacques Vaché », in Patrice ALLAIN (dir.), Au-delà de la peinture. Ces rêveurs définitifs, Nantes, Editions Joca Seria, 2006, p. 43-50.
Alain et Odette VIRMAUX, « Mon légendaire ami Jacques Vaché », Faites entrer l’infini, mai 1989, n° 7, p. ??- ??.
Alain et Odette VIRMAUX, Cravan Vaché Rigaut suivi de Le Vaché d’avant Breton, Mortemart, Rougerie, 1982, 179 p.
Luc VIDAL et Gérard VOISIN, « Jacques Vaché, André Breton dans la cité d’Orphée », Signes, novembre 1984, n° 3, p. 38-41.
Luc VIDAL, Jacques Vaché, André Breton dans la cité d’Orphée, Nantes, Editions du Petit Véhicule, 2005, 16 p.

Articles et monographies consacrés aux Sârs

Patrice ALLAIN, « Jean Sarment, une autofiction posthume », in Jean SARMENT, Correspondance à l’aube du surréalisme, Nantes, Editions Memo, 2004, p. 13-27.
Patrice ALLAIN, « Jacques Vaché, l’œuvre au négatif », introduction à Jean SARMENT & Jacques VACHÉ, Les Solennels, Paris, Dilecta, 2007, p. 9-33.
Michel CARASSOU, Jacques Vaché et le groupe de Nantes, Paris, Jean-Michel Place, 1986, 256 p.
Michel CARASSOU, « Jacques Vaché. Le groupe de Nantes et le ‘‘pohète’’ », in Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, p. 172-181.
Elie CHAMART, « Eugène Hublet, suivi de quelques poèmes d’E. Hublet », Bulletin de l’Association amicale des Anciens Elèves de l’Institution Sainte Marie de Cholet, mai 1930, n° 15, p. 18-28.
Elie CHAMART, « Un poète choletais : Eugène Hublet », Bulletin de la Société des sciences, lettres et beaux-arts de Cholet de sa région, Cholet, Farre et Freudon, 1931, p. 87-105.
Jean-Louis LITERS, « L’affaire du lycée de Nantes », in LITTERS et alii, Un grand lycée de province : le lycée Clémenceau de Nantes dans l’histoire de la littérature depuis le Premier EmpireThonon-les-Bains, L'Albaron, 1992, p. 196-202. 
Jean-Louis LITERS, « L’anarchie au Lycée, ou beaucoup de bruit pour rien ? », in Jean SARMENT, Correspondance à l’aube du surréalisme, Nantes, Editions Memo, 2004, p. 28-37.
Jean-Louis LITERS, « Le proviseur, l'anarchie et le camelot du roi », Le Vieux Bahut, 94 (mai 2017), p. 31-34.
Gilles LUCAS, « Préface » à Jean BELLEMÈRE, Pierre BISSÉRIÉ, Eugène HUBLET et Jacques VACHÉ, En route mauvaise troupe !, Marseille, Le Chien rouge, 2006, p.5-15.
Alain VIRMAUX, « Lycéens en révolte : les Sârs de Nantes, les Simplistes de Reims », Place publique Nantes - Saint Nazaire, dossier « Nantes et le surréalisme : le rêve et les réalités », n° 16 (juillet 2009), p. 18-22.

Articles et monographies (sur le cinéma, l’histoire, la littérature) évoquant Vaché
     
Claude ABASTADO, Introduction au surréalisme, Paris, Bordas, 1971, 253 p.
Léon AICHELBAUM et Alain GHEERBRANT, K éditeur, Cognac, Le Temps qu’il fait, 1991, 96 p.
Patrice ALLAIN, « Nantes au-delà de toutes les aventures », 303, n° XLII, 4e trimestre 1994, p. 4-11.
Ferdinand ALQUIÉ, Philosophie du surréalisme, Paris, Flammarion, 1955, 234 p.
Alexandre AMPRIMOZ, « Notes sur l’ouverture des Pas perdus », Lettres romanes, XXXVI, 2 (mai 1982), p. 149-156
Agnès ANGLIVIEL DE LA BEAUMELLE (dir.), André Breton. La beauté convulsive, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, 1991, 512 p.
Eléonore ANTZENBERGER, « Humour noir et rire jaune dans le mouvement Dada à Paris », Dada Circuit Total, Paris, L’Âge d’Homme, 2005, p. 548-558.
Noël ARNAUD & Pierre PRIGIONI, « Dada et surréalisme », in Ferdinand ALQUIÉ (dir.), Entretiens sur le surréalisme, Paris, Mouton, 1968, p. 350-393.
Thierry AUBERT, Le surréaliste et la mort, Paris, L’Âge d’Homme, 2001, 320 p.
Marie-Paule BARRANGER, « De la confession au discours », in Michel MURAT et Marie-Claire DUMAS (dir.), André Breton, Paris, Gallimard, Cahier de l’Herne, 1998, p. 175-183.
Joël BARREAU, Jean GUIFFAN et Jean-Louis LITERS (dir.), Nantes - Le lycée Clémenceau 200 ans d’histoire, Nantes, Coiffard Libraire et Editeur, 2008, 491 p.
Annette BECKER, « Artistes et cinéastes d’avant-garde pendant l’après-guerre », in Stéphane AUDOUIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004, p. 120-130.
Annette BECKER, Apollinaire, une biographie de guerre, Paris, Tallandier, 2009, 262 p.
Henri BÉHAR, « La jambe et la roue - Apollinaire et le surréalisme », Que Vlo-Ve ?, série n° 4, 21, janvier-mars 2003, p. 5-27.
Henri BÉHAR, Les enfants perdus : essai sur l’avant-garde, Paris, L’Âge d’Homme, 2002, 289 p.
Henri BÉHAR, André Breton, Paris, Fayard, 2005, 542 p.
Marie BERNE, Éloge de l’idiotie : pour une nouvelle rhétorique chez Breton, Faulkner, Beckett et Cortázar, Amsterdam, Rodopi, 2009, 288 p.
Jean-Pierre BOBILLOT, « La poésie écrite a-t-elle encore lieu d’être ? Breton / Apollinaire / Heidsieck (et retour) », in Henri BÉHAR (dir.), Le surréalisme en héritage. Les avant-gardes après 1945, Paris, L’Âge d’Homme, 2008, p. 197-210.
Marguerite BONNET, André Breton. Naissance de l’aventure surréaliste, Paris, José Corti, 1988, 460 p.
Michel BRAUD, La tentation du suicide dans les écrits autobiographiques, 1930-1970, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 301 p.
Jean BROUSTRA, « Osiris est un Dieu noir », L’Évolution psychiatrique, vol. 44, n° 1 (1979), p. 59-78.
Philippe BÜTTNER et Sam KELLER, Surrealism in Paris, Ostfildern, Hatje Cantz, 2011, 290 p.
Roger CONOVER, Terry HALE, Paul LENTI, « Introduction » à Arthur CRAVAN, Jacques RIGAUT, Julien TORMA, & Jacques VACHÉ, 4 Dada Suicides, London, Atlas Press, 240 p.
Gérard DE CORTANZE, Le monde du surréalisme, Paris, Henri Veyrier, 1991, 182 p.
Claude COURTOT, « Que salubre est le vent ! Rimbaud et Breton », Poésie 1/Vagabondages, n° 7 (automne 1996), p. 19- 32.
Pierre DAIX, Aragon, Paris, Flammarion, 1994, 564 p.
Pierre DAIX, La vie quotidienne des surréalistes, Paris, Hachette, 1993, 441 p.
Pierre DAIX, Aragon retrouvé 1916-1927, Paris, Tallandier, 2015, 233 p.
Claude DEBON, Apollinaire, glossaire des œuvres complètes, Paris, Publications de la Sorbonne Nouvelle Paris III, 1988, 147 p.
Henri DÉSOUBEAUX, « Notes sur Nadja ou l’amour sage », in Henri BÉHAR (dir.), Le surréaliste et son psy, Paris, L’Âge d’Homme, 1992, p. 223-230.
Serge FAUCHEREAU, Avant-gardes du XXe siècle - Arts & littérature 1905-1930, Paris, Flammarion, 2010, 585 p.
Philippe FOREST, Aragon, Paris, Gallimard, 2014, 896 p.
Pascal FOUCHÉ, Au Sans Pareil, Paris, Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine, 1989, 446 p.
Edouard GRAHAM, Les écrivains de Jacques Doucet, Paris, Editons des Cendres, 2011, 404 p.
Thomas GUILLEMIN, « Entre intercession et réincarnation : Vaché sous la plume de Rodanski », in Henri BÉHAR (dir.), Autoreprésentation féminine, Paris, L'Âge d'Homme, 2013, p. 248-258.
Christian GURY, Le poète étranglé. Préludes au pré-surréalisme, au "groupe de Nantes" et à la mort de Jacques Vaché, Paris, Non Lieu, 2013, 260 p.
Christophe HALSBERGHE, La fascination du commandeur. Le sacré et l’Ecriture en France à partir du débat-Bataille, Amsterdam/New York, Rodopi/Faux Titre, 2006, 450 p.
Etienne-Alain HUBERT, Circonstances de la poésie - Reverdy, Apollinaire, surréalisme, Paris, Klincksieck, 2009, 536 p.
Valéry HUGOTTE, « Journal d’une âme errante », in Pierre GLAUDES (dir.), Deuil et littérature – Modernités, janvier 2005, n° 21, p. 237-260.
Marcel JEAN, Maldoror, essai sur Lautréamont et son œuvre, Paris, Editions du Pavois, 1947, 221 p.
Marcel JEAN, Autobiographie du surréalisme, Paris, Le Seuil, 1978, 439 p.
Alain JOUFFROY, Stanislas Rodanski — une folie volontaire, Paris, Jean-Michel Place, 2002, 124 p.
Marc KOBER, « Breton – Tzara : la quadrature du monocle (De l’obstacle du néant à la transparence de l’avenir) », Chassé croisé Tzara – Breton, Paris, L’Âge d’Homme, 1997, p. 111-132.*
Gilles KRAEMER, « Jean-Claude Vrain, libraire atypique et engagé », Arts et métiers du livre, 247 (avril-mai 2005), p. 60-67.
René LAROSE, Guillaume Apollinaire l’enchanteur, Marseille, Editions Autres Temps, 1996, 200 p.
Annie LE BRUN, « L’humour noir », in Ferdinand ALQUIÉ (dir.), Entretiens sur le surréalisme, Paris, Mouton, 1968, p. 99-124.
Gérard LEGRAND, André Breton en son temps, Paris, Le Soleil Noir, 1976, 220 p.
Arnould DE LIEDEKERKE, « Orêverdose », La Nouvelle Revue de Paris, (septembre 1988), p. 123-126.
Nathalie LIMAT-LETELLIER, « Portraits de Breton dans les fictions d’Aragon », in Michel MURAT et Marie-Claire DUMAS (dir.), André Breton, Paris, Gallimard, Cahier de l’Herne, 1998, p. 329-340.
Nathalie LIMAT-LETELLIER, « Les récits de prodige dans Anicet et Les aventures de Télémaque », in Henri BÉHAR (dir.), Merveilleux et surréalisme, Paris, L’Âge d’Homme, 2000, p. 155-168.
David LIOT (dir.), Grand Jeu et surréalisme, Reims, Ludion, 2003, 207 p.
Leonid LIVAK, « The place of suicide in the French avant-garde of the inter-war period », Romanic Review, mai 2000 (n° 91), p.254-261.
Marzia MASCELLI, « Introduzione » à Arthur CRAVAN, Jacques RIGAUT, Jacques VACHÉ, Tra suicidi dada ?, Le Nubi, 2005, 118 p.
John H. MATTHEWS, André Breton : sketch for an early portrait, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, 1986, 176 p. [chap. 4 consacré à Vaché, p. 51-68]
Michel MEYER, « Introduction » à André BRETON, Manifestes du Surréalisme, Paris, Gallimard, 2002, p. 22-29.
Bernard MORLINO, Philippe Soupault qui êtes vous ?, Lyon, La Manufacture, 1987, 537 p.
Michel MURAT, « L’homme qui ment. Réflexions sur la notion de lyrisme chez Breton », in Dominique RABATÉ (dir.), Le lyrisme en question, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1996, p. 154-163.
Henri PASTOUREAU, « Aux confins de la Bretagne. Henri Rousseau, Alfred Jarry, Jacques Vaché et André Breton », in Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, p. 250-259.
José PIERRE, André Breton et la peinture, Paris, L’Âge d’Homme, 1987, 369 p. et 48 p. de pl.
Poésure et peintrie : d’un art, l’autre, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993, 655 p.
Mark POLIZZOTTI, André Breton, Paris, Gallimard, 1999, 842 p. et 12 p. de pl.
Jean-Michel RABATÉ, « La révolution péripatéticienne du surréalisme », in André Breton, Paris, Gallimard, Cahier de l’Herne, 1998, p. 259-266.
Dominique RABOURDIN, « ’’L’excellent docteur polonais…’’ », in Patrice ALLAIN (dir.), Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1994, p. 242-248.
Peter READ, Apollinaire et les Mamelles de Tirésias, Rennes, Presses Universtaires de Rennes, 2000, 246 p.
William Stanley RUBIN, Arts Dada et surréaliste, Paris, Seghers, 1976, 521 p.
Emmanuel RUBIO, Les philosophies d’André Breton (1924-1941), Paris, L’Âge d’Homme, 2009, 564 p.
Michel SANOUILLET, Dada à Paris, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1965 – Flammarion, 1993 – CNRS Editions, 2005 - 730 p.
Arturo SCHWARZ, « Paris 1918-1922. Breton – Tzara : divergences et convergences », Chassé croisé Tzara – Breton, Paris, L’Âge d’Homme, 1997, p. 69-82.
Georges SEBBAG, L’imprononçable jour de sa naissance. 17ndré 13reton, Paris, Jean-Michel Place, 1988, n. p.
Georges SEBBAG, « Philippe Soupault ou l’ombre surréaliste », in Arlette ALBERT-BIROT, Georges SEBBAG, Nathalie NABERT (dir.), Philippe Soupault – L’Ombre frissonnante, Paris, Jean-Michel Place, 2000, p. 69-81.
Georges SEBBAG, « Claude Cahun, surréaliste off », in Henri BÉHARD (dir.), Le surréalisme et la science, Paris, L’Âge d’Homme, 2007, p. 217-232.
Georges SEBBAG, « André Breton ‘collagiste’ », in Juan Manuel BONET (dir.), El Surrealismo y sus imágenes, Mapfre Vida, Madrid, 2002, p. 59-84.
Jean-Luc STEINMETZ, « André Breton, Edmond Bonniot et Mallarmé », in Henri BÉHAR (dir.), Ombre portée. Le surréalisme en Hongrie, Paris, L’Âge d’Homme, 1995, p. 253-265.
Frédéric THOMAS, Rimbaud et Marx : une rencontre surréaliste, Paris, L’Harmattan, 2007, 293 p.
Jean-Paul TÖRÖK, André Breton ou la hantise de l’Absolu, Paris, L’Harmattan, 2011, 314 p.
André TINEL, « Ce plaisir paradoxal que procure l’humour. André Breton, le Mexique et l’humour noir », in Henri BÉHAR (dir.), Mexique, miroir magnétique, Paris, L’Âge d’Homme, 1999, p. 44-57.
Alain TROUVÉ, « Grand Jeu/Folie : l’équation Gilbert-Lecomte », in Olivier PENOT-LACASSAGNE (dir.), Le Grand Jeu en mouvement, Paris, L’Age d’Homme, 2006, p. 137-150.
Alexis VAILLANT (dir.), BigMinis, Bordeaux, Sternberg Press, 2011, 415 p.
Patrick WALDBERG, Dada, la fonction de refus, Paris, La Différence, 1999, 111 p.
Pierre-Olivier WALZER, « Une bibliothèque idéale », in Marc EIGELDINGER (dir.), André Breton, Neuchâtel, Éditions de La Baconnière, 1970, 287 p.
Michel WINOCK, Le siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1999, 885 p.